|

Menu

BERNARD QUIROT architecte + associés

Retour


Construction de 20 logements collectifs. Écoquartier Heudelet - Dijon (21)

Maîtres d'œuvre : BQ+A - Quirot / Vichard / Lenoble / Patrono
Maître d'Ouvrage : Orvitis
Livraison : décembre 2014
Surface : 1293 m2
Coût bâtiment : 1 728 136 € HT

Ce projet de 20 logements sociaux est situé dans l'éco-quartier Heudelet 26 à Dijon, à l'emplacement d'anciennes casernes.
Le règlement de la ZAC définissait de manière extrêmement précise les types d'immeuble et leurs implantations, ne laissant pratiquement aucune marge de manœuvre. En conformité avec ce règlement, la volumétrie est donc découpée en 2 immeubles « plot » apparentés à de petits collectifs et 3 villas accolées qui peuvent être qualifiées d'habitat intermédiaire. Les règles de prospect déterminent, quant à elles, la hauteur et l'épannelage de chacun des bâtiments.
L'escalier extérieur desservant les 2 plots est placé entre ceux-ci, ménageant une transparence vers le fond de la parcelle, dans l'axe d'une des venelles piétonnes desservant le quartier. Les logements des villas sont desservis par la façade principale à l'exception des T2 du dernier niveau desservi par un escalier à part qui donne l'accès à une coursive à l'arrière de l'immeuble.
La typologie des logements des plots est relativement classique exploitant au mieux les vues diagonales dans chaque appartement de manière à en augmenter virtuellement les dimensions, alors que les logements des 2 premiers niveaux des villas développent des spatialités très généreuses en duplex et en demi-niveaux.
La composition et la matérialité des façades poursuivent la volonté de fragmentation des masses bâties voulue par les concepteurs du quartier. Les plots sont enveloppés d'un contre-mur en brique de couleur différente, matérialité qui leur confèrent une certaine dignité en rapport avec la verticalité et la simplicité de leur volumétrie, alors que les terrasses des villas brouillent la lecture de leur individualité derrière une résille de métal et de bois qui joue sur un registre horizontal.
Le rapport à l'espace public est aussi différencié, les plots se regroupant autour d'une placette alors que l'accès aux villas travaille l'espace en profondeur par des filtres successifs, du plus public au plus privé.
Ce projet, dont la volumétrie mouvementée résulte du règlement urbain et de ses contraintes, nous aura poussé à développer des typologies de logements particulièrement riches et variées et nous espérons ainsi qu'il « sert » le propos des concepteurs du quartier. 

 

Top